Le blog du Port Ariane

Le blog du Port Ariane

Montpellier: le projet "Port Marianne" est il de retour?

 

Source de l'article:

 

Édition du samedi 25 septembre 2010

 

 

 

Montpellier: La Région relance navigation et port sur le fleuve Lez

 


 

L’institution a donné mission à BRL et Fontèsde mener le vieux projet de port Marianne, Un port sur le Lez. Qu’il fut maire, présentant en 1996 le quartier Jacques-Cœur sur une rive gauche du Lez encore nue, ou président de l’Agglo le faisant visiter en 2006, Georges Frêche a toujours affirmé que Montpellier aurait son port et ses bateaux, comme autrefois port Juvénal. Avec cette particulière aptitude des politiques à écraser les calendriers.

En 2003, il lançait : pour les 300 anneaux, « j’ai 1 500 demandes ». Trois ans après, le port sera en eau « dans quatre ou cinq ans ». C’était aller un peu vite en besogne, laquelle est cependant cette fois démarrée. La Région a confié fin mai à un groupement, dont BRL est le pilote et François Fontès l’architecte, la mission d’étude et de maîtrise d’œuvre « pour la création du port Marianne, à Montpellier, et la mise en navigabilité du Lez », du bassin Jacques-Cœur à Palavas*. Un ensemble dont le coût est évalué à 30 M€, dont 1,5 M de rémunération pour l’équipe.
(*lire Montpellier ndlr)


Celle-ci a deux ans pour mener les études, monter les dossiers, obtenir toutes les autorisations, pour un projet envisagé sur cinq années. Et qui n’a rien d’une bagatelle. Juridiquement d’abord, remarque Cyril Meunier, maire de Lattes dont le port donne sur le Lez : « Mon prédécesseur avait réussi un tour de force en obtenant le droit pour les bateaux de remonter à Port-Ariane. Mais c'est une situation bâtarde et si la Région obtient l’homologation du Lez à la navigation, elle m’ôtera une épine du pied. »
Ce ne sera pour autant que la partie cachée de l’iceberg : le fleuve n’est navigable physiquement que jusqu’au théâtre Jacques-Cœur, après une écluse. Il en faudra deux de plus, refaire les seuils contigus, draguer un chenal, équiper le Lez d’avertisseurs de crus et le baliser.

Et port Marianne ? Il y a quinze ans, Archimède concevait « des quais bas au bord du Lez, des quais hauts au niveau des rues, se rappelle Philippe Bonon (A +), coauteur à l’époque du projet. Et 240 anneaux sur 3,5 ha », au lieu de 1,3 ha pour le bassin, qui pourrait garder son niveau actuel grâce à un ascenseur à bateau exclu dans les années 90. « Il rajoute du temps de manutention à l’heure déjà nécessaire pour venir de la mer, observe Antoine Garcia-Diaz, un autre membre d’Archimède. Nous avions préféré laisser le port au niveau du Lez, protégé de ses crues par une porte. »

 



Reste cette question : pour quoi faire ? Un décor, surtout. « Le port est un très joli environnement pour un très joli quartier, sourit Cyril Meunier et rend service à ceux qui ont un bateau. » Pas un voilier, ils ne franchissent pas le pont de Palavas. Ce serait un port « fluvial », avec des contraintes « fortes, reconnaît Garcia-Diaz, mais un port de centre-ville » et « une belle perspective » sur parc Marianne, dit Bonon.

La maquette datant respectivement de 1999  et  la vue de dessus de 2002.

Ollivier LE NY

 

 

=================

 

===> Retrouver les anciens articles de ce blog sur Port Marianne ici <===



03/10/2010
5 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 176 autres membres