Le blog du Port Ariane

Le blog du Port Ariane

Les eaux usées rejetées dans le Canal du Midi

Source de l'article:

===> Retrouvez l'article sur son site d'origine ici <===

 

 

Les bateaux crachent leurs eaux usées dans le

canal du Midi

 


 

Les rejets d’eaux usées directement dans le canal sont encore très nombreux sur les bateaux amarrés à Toulouse où la station de «dépotage» gratuite est boudée par les marins d’eau douce

«Cette situation n’est pas durable. Sur une masse d’eau confinée comme celle du canal ce n’est pas raisonnable» : David Edwards-May, est le gérant d’Euromaping, la société qui a réalisé le dossier de candidature du Canal du midi au patrimoine mondial de l’Unesco. Fort de ses quarante ans d’expertise, il lance un cri d’alerte en direction des collectivités et des particuliers qui continuent encore à prendre les canaux pour des égouts à ciel ouvert. A Toulouse, le canal du Midi et son prolongement vers Bordeaux, le canal latéral à la Garonne, n’échappent pas aux conséquences «d’une gestion des eaux usées qui a pris une génération de retard.» L’étude la plus récente réalisée par les voies navigables de France (VNF) remonte à 2009. A cette date, sur les 29 «bateaux logements» ou «commerces flottants» recensés, 18 rejetaient directement ou après un bref passage via des wc chimiques leurs eaux grises (eau de vaisselle) et noires (à la sortie des toilettes) dans le canal. Depuis, la situation évoluerait positivement mais lentement. Et Danièle Charles, responsable de la délégation fleuves et canaux au Capitole confirme que la pratique perdure. En témoigne le désintérêt des propriétaires de bateaux pour la station de «dépotage» gratuite des eaux usées du port Saint Sauveur «qui est très peu utilisée, très peu demandée», constate l’élue.

Pour tordre le cou au serpent de mer des rejets sauvages, «il faudrait d’abord qu’une législation rende obligatoire l’installation de cuves sur les bateaux or cette législation n’existe pas» plaide l’élue toulousaine. Mais il faudrait également sortir du flou des responsabilités entre un service des voix navigables chargé de l’entretien des berges et du cours d’eau, mais impécunieux, et une mairie qui n’entend pas se substituer à l’État pour financer des aménagements qui ne sont pas de son ressort. «Faute d’accord entre VNF et la ville la situation perdure», résume Danièle Charles. Perdure également le sentiment d’impunité «des plaisanciers, des navigateurs et des riverains du canal qui ne pourront pas mettre éternellement en avant les pollutions agricoles pour justifier leurs propres rejets», s’insurge David Edwards-May. À l’unisson avec le Capitole le Réseau fluvial toulousain met également dans la balance la «matière organique contenue dans les eaux usées des bateaux et «d’autres pollutions beaucoup plus graves» comme les égouts d’eaux pluviales qui, à l’instar de celui du pont des Demoiselles, «rejettent leurs eaux dans le canal après avoir lessivé les rues de tout le quartier.»

 

 

============================

 

Notes de l'administrateur du blog (Cyril V):

 

 Pollution psycologique. 

===> Découvrons ici une vertue des eaux usées présentée par Yann Arthus Bertrand <===

(Compte facebook non nécessaire)

 

 

Et puis cette vidéo intéressante sur les eaux noires et grises,l'usage des pompes à eaux usées fixes.

Il parait que la mairie de Lattes projète de remettre en fonction la sienne. Peut être devrait-elle y réflaichir avant d'investir peut être inutilement et de rejeter la fautes sur les plaisanciers lattois. 


Ecologie : Eaux grises, eaux noires ? par Sailingnews

 

Et puis une solution envisageable

(déjà présent gratuitement à Marseillan et Bouzigues ):


Ecotank par TerredHerault

Une solution certes couteuse en investissement mais qui fonctionne.

 

Sur le Canal du Midi se pose peut être le problème de l'eutrophisation, une trop grande concentration de matière dans l'eau qui détruit l'oxygène et donc la vie, la circulation d'eau étant limitée. Il ne faudrait quand même pas que la péniche soit un simple bouc emmissaire et fasse oublier d'autres sources de pollution. (eaux de ruissellement, égouts et décharge sauvages...).

 

A Port Ariane nous en somme très éloigné de ce problème d'eutrophisation car le port est une référence régionale chez les pécheurs tant les faune est abondante ici (moules d'eau douces, écrevisses, black manbas, carpes, sandres silures, canards, cormorans,...tortues de Florides...)



23/06/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 174 autres membres